LE SITE D’ ALAN

LES TIMBRES

Guyane: quatre pays ... et un territoire .

Dans une collection "Un Pays - Un Timbre", la zone des Guyanes qui occupe la par­tie nord du continent sud-amé­ricain, à l'est du Venezuela, ne représente que quelques timbres mais offre un intérêt particulier pour les collectionneurs français puisqu'y figure l'un de nos départements.

Guyana:214964km2 Environ 1 million d'habitants Capitale: Georgetown.

Surinam: 163 820 km2 403 000 habitants Capitale: Paramaribo.

Guyane française : 90 000 km2 114678 habitants Capitale :Cayenne.

Territoire de l'Inini:Capitale :St-Elie.


La Guyane française

Sur ses timbres, un oublié volontaire : le bagne.Longtemps, prononcer le nom de Cayenne, sa capitale, créait une impression de malaise tant il évoquait exclusivement le bagne, ses drames, l'incroyable dureté de sa discipline,

faisant presque oublier que les 74000 détenus qui y séjournèrent, et bien souvent y moururent,  étaient pour l'immense majorité de dangereux criminels. De cette "activité" pénitentiaire qui  dura de 1852 à juin 1936, date de sa suppres­sion, mais se prolongea même jusqu'en 1945 car on ne savait que  faire des détenus en cours de peine, nulle trace — et on le comprend — sur les timbres.


Pas plus du reste que de celle, infiniment plus glorieuse pour notre orgueil national, de la base de lancement des fusées

Ariane expédiées dans l'espace depuis Kourou. Mais, là, la  raison est autre: depuis 1949, la Guyane utilise les timbres de la métropole et c'est sur  l'un de ceux-ci qu'il faut aller chercher le site de Kou­rou. (1)


Que nous apprennent les 252 timbres, se résumant à seulement 23 types, que la France a émis pour ce territoire depuis 1866 et jusqu'en 1947 du temps où la Guyane était colonie ? Peu de choses en vérité : on nous y montre, de 1904 à 1947, un orpailleur (2) tamisant le sable des rivières  pour y découvrir quelques pail­lettes d'or, un tamanoir (3), cet animal bizarre se nourrissant uniquement de fourmis, quel­ques vues banales de paysages (4) locaux et d'indigènes (5), comme on disait alors, et c'est tout.


Ajoutez-y quelques aigles, perroquets et toucans (6) pour symboliser les 688 espèces d'oiseaux vivant là-bas et vous aurez fait le tour d'une collection surtout valable par ses pre­mières émissions des Colonies générales sur­chargées sur place et ses Type Groupe. Sans oublier les très étonnants — et très rares — timbres-vignettes de 1921 émis par les Transports Aériens Guyanais (TAG) pour affranchir le courrier entre l'intérieur du pays et Cayenne. Fait amusant, ces timbres de fabrica­tion sommaire furent surtout utilisés Pour  les colis contenant des papillons rares expédiés à des collectionneurs !

Au total, une collection assez facile à réunir à l'exclusion  des raretés d'avant 1900 et, bien sûr, des TAG.

A rechercher spécialement, les timbres sur lettres et les oblitérés avec cachets lisibles.

Un des rares commémora-tifs typiquement guyanais: émis en 1935. il rappelle la reconquête de Cayenne sur les Hollandais par l'amiral d'Estreesen 1676.

Ce timbre "région" paru en métropole en 1975 rappelle que la Guyane est l'endroit où l'on trouve les plus grands lépidoptères du monde.

En 1929, la Guyane bénéficie de taxes grand format.

A gauche: la Guyane est une des rares colonies à indiquer la date d'émission de ses surcharges. A droite: une des 19 surcharges dia­gonales de 1892 apposées au com­posteur à main (cote minimale: 200F).

De 4000 à 12000F oblité­rés,

de 6000 à 62500F neufs,

les "TAC" de Guyane font par­tie des

grandes raretés mondiales de

Poste aé­rienne.

Attention aux "Poste aérien­ne" : ils cotent aussi cher neufs

qu'oblitérés (85 et 150F respective­ment).

Texte et gravures tirés de Timbroalbum

Quelques timbres des colonies.

Visites sur la page

ACCUEIL.