LE SITE D’ ALAN
ACCUEIL. ACCUEIL 2. YOUTUBE ET EDITO. POEMES DE MARY. AUTRES POEMES . POEMES PREFERES D'ALAIN. POEMES SUR PORNIC. TIMBRES.  Belles histoires de l'Oncle Paul 1. Histoires complètes du journal Tintin 1. Mariage de Morgane. ECHECS. GENEALOGIE RELAIX. COSTUMES . HISTOIRE LOIRE INFERIEURE. GEOGRAPHIE LOIRE INFERIEURE. HISTOIRE DE PORNIC. LIVRE D'OR.


Histoire. —

Le territoire, actuellement oc­cupé par le département de la Loire-Inférieure, était habité, longtemps avant l'invasion ro­maine, par la peuplade des Namnètes. Cette peuplade faisait partie de la confédération ar­moricaine qui vivait sous le régime républicain. Sans remonter aux temps mythologiques, on peut affirmer que les Namnètes ont une très ancienne origine. Unis aux Vénètes, ils luttèrent d'abord contre l'invasion romaine, mais ils du­rent se soumettre devant les armées de César, et leur ville devint une cité importante de la nouvelle administration. Le christianisme, apporté dans la contrée vers l’an 275 avec les prédications de Saint-Clair, premier évêque de Nantes, fut scellé par le sang des deux mar­tyrs, Donatien et Rogatien, en 290.

Le vainqueur des Visigoths, Clovis, s'empara du pays que les derniers empereurs étaient im­puissants à conserver; sous ses successeurs, après le partage de la Bretagne, les différents chefs prirent le titre de comtes, et Nantes de­vint le chef-lieu d'un comté tout en subissant encore la domination franque. Félix, un des évêques de la ville, contribua beaucoup à sa prospérité; mais l'invasion des Northmans ré­servait au comté de longues années de dévasta­tions; Nantes fut détruite; un désert en marqua remplacement, et lorsque Alain Barbe-Torte, vainqueur des pirates, voulut rendre grâce à Dieu dans la basilique de Félix, il ne trouva plus qu'une ville en ruine.

Cependant la cité se releva, et Alain y bâtit un château fort; elle subit tour à tour la do­mination des ducs de Bretagne, du roi d'An­gleterre, de Philippe Auguste qui l'arracha aux Anglais, fut presque entièrement incendiée en 1118, et renaquit de ses cendres. Des dissen­sions intérieures, des revendications de droits entre l’évêque et les seigneurs de Châteaubriant, d'Ancenis, de Retz, de Pont-Château, troublèrent le pays pendant quelques années; le comté de Nantes continua à se tenir séparé du duché de Bretagne, puis il lutta contre Charles V, fut soumis par Duguesclin, et enfin se donna à Jean V, qui établit sa résidence à Nantes. Ce duc y construisit la cathédrale actuelle, et son successeur, François II, acheva en 1480 le château fort d'Alain Barbe-Torte, où la Bretagne lutta pour la dernière fois contre l'influence française. François II fut le dernier duc de Bretagne; sa fille, Anne, épousa le roi Charles VIII, en 1491, et en secondes noces, le roi Louis XII; leur fille aînée, la princesse Claude, devint la femme de François Ier, et en 1532, du consente­ment des états de la province, la Bretagne fut définitivement réunie à la France.

Les guerres de la Réforme troublèrent peu le pays; les magistrats nantais refusèrent de suivre Charles IX dans les sanglantes voies de la Saint-Barthélémy. Henri IV vint à Nantes rendre l'édit qui régularisait l'existence poli­tique des protestants. Louis XIII, Richelieu, Louis XIV la visitèrent, mais presque toujours ces royales visites furent marquées par des exécutions. A la Révolution, la ville lutta contre les Vendéens, et, en 1793; Cathelineau fut tué sous ses murs.

Au remaniement de la France en 1790, le département de la Loire-Inférieure fut formé avec le comté de Nantes qui comprenait la partie Sud de l'ancienne Bretagne.

Hommes célèbres. —

Le département de la Loire-Inférieure compte un grand nombre de personnages remarquables, parmi lesquels on peut citer : abélard; le maréchal gille de retz; anne de bretagise; le marin cassart; l'astronome bouguer; l’oratorien fouché; haudaudine, le Régulus nantais ; charette; cambronne; le savant caillaud; le naturaliste d' Orbigny; le docteur laennec; et parmi les contemporains : les généraux bedeau, lamoricière, mellinet; le jurisconsulte faustin-hélie ; le docteur maisonneuve; charles monselet ; les peintres jules dupré et luminais ; les deux debay, sculpteurs ; etc


Divisions administratives. —


Le départe­ment de la Loire-Inférieure comprend cinq arrondissements qui se subdivisent ainsi :

Arrond. de Nantes...... 17 cant. 70 comm.

—            Ancenis..... 5 — 27    —

—           Châteaubriant 7 — 37    —

—            Paimbœuf... 5 — 26    —

—            Savenay..... 11 — 53    —

45 cant. 213 comm.

Dans l’ordre militaire, le département de la Loire-Inférieure forme la lre subdivision de la 15e division militaire dont le siège est à Nantes.

Dans l’ordre religieux, il forme le diocèse de Nantes, suffragant de l’archevêché de Tours ; ce diocèse compte 50 cures, 205 succursales, 170 vicariats rétribués par l’Êtat, un grand séminaire à Nantes, un petit séminaire à Nan­tes et à Guérande. On y compte 3 temples af­fectés au culte protestant, et une synagogue pour le culte Israélite.

Dans l’ordre judiciaire, il ressortit de la Cour impériale de Rennes, et la justice y est rendue par les 5 tribunaux de première instance sié­geant aux chefs-lieux d'arrondissement, et par le tribunal de commerce de Nantes.

Dans l’ordre universitaire, il dépend de l’Académie de Rennes, et ses établissements d'in­struction publique sont : un lycée à Nantes, 2 collèges communaux à Ancenis et à Paim­bœuf, une école normale d'instituteurs et un cours normal d'institutrices à Campbon, et 702 écoles publiques et libres. Les trois cin­quièmes des jeunes gens appelés pour le tirage au sort savent lire et écrire.

Description des villes. —

Voici les princi­pales localités du département de la Loire-Inférieure :

ARRONDISSEMENT DE NANTES.


nantes (111 956 hab.), préfecture et chef-lieu du département, est située sur la Loire, au confluent de l’Erdre et de la Sèvre, à 427 kilo­mètres de Paris. C'est une place de guerre, de troisième classe, et elle forme un sous-arrondissement maritime de l'arrondissement de Lorient; une longue suite de ponts relient entre elles les îles qu'entourent en cet en­droit les nombreux bras du fleuve ; la ville s'étend en grande partie sur la rive gauche de la Loire, et sa promenade de la Fosse, depuis la gare jusqu'à l'extrémité du port, a près de 4 kilomètres de longueur; ses autres promenades sont le cours Saint-Pierre, vaste esplanade située derrière la cathédrale, le cours Napoléon situé dans les riches quartiers de la ville et orné de la statue de Cambronne par Debay, le jardin des plantes transformé en parc anglais avec rivières, étangs, pelouses, serres et belles allées de magnolias; les nou­velles rues sont larges, bordées de hautes et belles maisons; sur la place Royale, on vient enfin de construire une fontaine d'une assez mé­diocre exécution,d'ailleurs; la place LouisXIV, à l'extrémité du cours Saint-Pierre, est dominée par une haute colonne que surmonte la statue du roi.

Nantes possède des édifices d'une grande va­leur d'art qui sont classés parmi les monuments historiques, tels que la cathédrale de Saint-Pierre , commencée au xive siècle, en pleine épo­que du gothique flamboyant, encore inachevée au XIXème et qui renferme le tombeau de Fran­çois II, chef-d'œuvre de la Renaissance dû au ciseau de Michel Columb; le château re­bâti presque en entier au xve siècle, ceint de hautes murailles et flanquées de tours énormes où se voit la chapelle transformée aujour­d'hui en poudrière qui servit au mariage de Louis XII et d'Anne de Bretagne; les ruines de la chapelle Renaissance de la Collégiale. En dehors des monuments historiques, il faut citer l'église Saint-Nicolas, récemment con­struite dans le style ogival, et qui, une fois achevée, sera un beau spécimen de l’architecture gothique du XIIIème siècle; l'église Sainte-Croix, surmontée d'un lourd campanile qui sert de beffroi; Saint-Louis, église moderne ornée d'une large coupole; l'église Saint-Clé­ment, en voie d'achèvement; Saint-Donatien, Sainte-Anne, la chapelle de l’immaculée-Concep­tion, etc. Parmi les édifices affectés aux services publics, on remarque la préfecture, installée dans l'ancien palais de la cour des comptes, bâti en 1763, le palais de justice, de construc­tion moderne et qui n'a aucune valeur archi­tecturale, la Bourse, sorte de temple grec bâti en 1809, le théâtre achevé en 1787, et l'un des plus beaux de France, le magnifique hôpi­tal de Saint-Jacques, principalement réservé aux aliénés, l'Hôtel-Dieu, récemment recon­struit sur de grandes proportions, les Salorges, vastes entrepôts réservés aux denrées colo­niales, la halle, l'abattoir, un temple protes­tant moderne d'un style douteux, etc.

Le port de Nantes occupe le 4e rang parmi les ports commerçants de la France, bien que Saint-Nazaire arrête maintenant les grands long-courriers auxquels la Loire — qu'il suf­firait de canaliser — n'offre plus assez d'eau. Son quai est sillonné sur toute sa longueur par le chemin de fer de Paris à Saint-Na­zaire, qui, à l'exemple des grandes cités amé­ricaines, traverse la ville entière; c'est là que le commerce importe des colonies 60 millions de kilogrammes de sucre, du café, du cacao, du riz des Indes, des bois de construction du Nord, des houilles des fers, du guano, de co­ton, des engrais divers, etc.; l'exportation comprend les sucres raffinés, les conserves alimentaires, les viandes salées, les maté­riaux de construction, les savons, les chan­vres, les tissus de laine, etc.

géo 2. géo 4.

GEOGRAPHIE DE LA LOIRE- INFERIEURE  (3)