LE SITE D’ ALAN
ACCUEIL. ACCUEIL 2. YOUTUBE ET EDITO. POEMES DE MARY. AUTRES POEMES . POEMES PREFERES D'ALAIN. POEMES SUR PORNIC. TIMBRES.  Belles histoires de l'Oncle Paul 1. Histoires complètes du journal Tintin 1. Mariage de Morgane. ECHECS. GENEALOGIE RELAIX. COSTUMES . HISTOIRE LOIRE INFERIEURE. GEOGRAPHIE LOIRE INFERIEURE. HISTOIRE DE PORNIC. LIVRE D'OR.


La Vilaine, pendant quelques kilomètres, forme la limite des départements de la Loire-Inférieure et du Morbihan, et reçoit : 1° le Samnon, accru de la Brutz, et la Chère; 2° le Don qui arrose Saint-Julien-de-Vouvantes, Moisdon-la-Rivière, Issé, Treffieuc, Guémené, et finit près de Masserac ; 3° L’isac qui arrose Blain, Guenrouet, et finit à Tréhillac, après avoir absorbé les eaux de l’Effondreau.

Le Falleron, qui prend sa source dans la Vendée, baigne Machecoul dans la Loire-Infé­rieure, et se jette dans la baie de Bourgneuf, après 56 kilomètres de cours.

Le département de la Loire-Inférieure pos­sède l'un des grands lacs de France, le lac de Grandlieu qui couvre une superficie de 3894 hec­tares dans la commune de Saint-Philbert; il s'y trouve aussi de nombreux étangs, de vastes marais et des marais salants.


Climat. —

Le climat du département de la Loire-Inférieure est tempéré, mais souvent hu­mide et sujet à de brusques variations de tem­pérature ; les tempêtes d'équinoxe y sont vio­lentes ; les vents dominants sont ceux de l’Ouest et du Sud-Ouest.

Superficie. — Population. —

La superficie du département de là Loire-Inférieure est de 687 457 hectares, et sa population de 598 598 habitants, ce qui donne environ 81 habitants par kilomètre carré ; l'accroissement de la po­pulation a été de 229 293 âmes, depuis le com­mencement du siècle.

Les agriculteurs composent la moitié de cette population, et les industriels ou commer­çants plus du quart; on compte 15 000 habi­tants qui exercent des professions libérales, et 56 000 sans profession.

La vivacité, l'ardeur et la ténacité dans les entreprises, un esprit commerçant et indus­triel, une loyauté et une probité universelle­ment reconnues distinguent les habitants de la Loire-Inférieure ; leur intelligence est vive, mais chez eux le jugement et le bon sens l'emportent sur l'esprit et l’imagination, et ils sont moins artistes qu'amis des arts. Dans les campagnes, les mœurs ont conservé une grande pureté ; la vie est sobre et patiente, la communalité grande entre les familles, et l'hospitalité pratiquée avec beaucoup de fran­chise; l'ivrognerie tend à s'effacer de jour en jour, ainsi que les préjugés et les super­stitions.

On parle français dans toutes les villes du département avec un accent un peu chantant qui fait aisément reconnaître l'habitant de la Loire-Inférieure ; le bas-breton est principale ment employé dans tout l'Ouest des arrondisse­ments de Nantes et de Savenay.

Agriculture. —

Le domaine agricole du dé­partement de la Loire-Inférieure comprend 324 000 hectares de terres labourables, 116 000 de prairies naturelles, 30 000 de vignes, 89 000 de pâturages, landes et bruyères, 125 000 de bois, forêts et de terres incultes. Le territoire, très  morcelé, comprend 2 320 000 parcelles possédées par 142 000 propriétaires.

La Loire-Inférieure est un département de moyenne et de petite culture ; les céréales qu 'on y récolte, le blé, le seigle, le sarrasin, suffisent à la consommation des habitants, et leur va­leur annuelle dépasse 36 millions. Les autres cultures, pommes de terre, betteraves, légumes, chanvres, lins, etc., rapportent, année com­mune, 14 millions de francs environ; parmi elles, il faut citer les vignes, qui produisent 1 600 000 hectolitres de vins, dont les meilleurs sont les vins rouges de Vallet, du Loroux, de Vertou, etc., et les vins blancs de la Chapelle-sur-Erdre, de Riaillé, etc.; les pommiers, les poiriers et les cormiers, très nombreux, servent à la fabrication du cidre, dont on fait, chaque année, près de 200 000 hectolitres; les forêts sont belles et riches en diverses essences, chênes, ormeaux, frênes, hêtres, bouleaux; les prin­cipales sont les forêts de la Bretèche, du Gavre, de Machecoul, de Juigné, etc. La valeur an­nuelle des pâturages est environ de 11 millions de francs.

Les animaux domestiques forment une bran­che importante de l'industrie agricole. On compte à peu près 30 000 chevaux de race bre­tonne, petits, mais ardents, 310000 bêtes à cornes, de race bretonne également, 232 000 moutons de petite taille, mais de bonne qua­lité, surtout ceux des prés-salés, 79 000 porcs, 34 000 ruches d'abeilles, etc.

Le revenu brut des animaux domestiques est annuellement de 29 millions, et la valeur totale de la production agricole dépasse 82 millions de francs.

Mines. — Carrières. —

Le département de la Loire-Inférieure est principalement formé de granit, de schiste, de calcaire et de terres d'alluvion. Le minerai de fer est assez abondant dans les arrondissements d'Ancenis et de Châteaubriant; on trouve aussi quelques filons de plomb à Crossac, un gîte d'étain à Piriac, de l'aimant à l'embouchure de la Loire, de la houille et de la tourbe sur plusieurs points du territoire. Les carrières de pierres de taille, de pierres à chaux, les marais salants du littoral, sont l'objet d'importantes exploitations.

Les principales sources minérales du département sont celles de Pornic, de la Plaine, de la Chapelle-sur-Erdre, assez efficaces dans les affections des voies digestives.

Industrie. — Commerce. —

Le département de la Loire-Inférieure est industriel et manu­facturier; ses principaux établissements sont les filatures de coton, les raffineries, les chan­tiers de constructions maritimes, la fabrication de conserves de sardines, dont 15 millions de boîtes s'expédient dans toutes les parties du monde, les ateliers pour la construction des machines à vapeur, les fonderies, les hauts fourneaux et forges de la Hunaudière, de la Jahotière, de la Prévotière, les forges et fonde­ries maritimes de Nantes, les laminoirs de la Basse-Indre, l'immense établissement impérial d'Indret qui emploie 2000 ouvriers, les houil­lères qui produisent 300 000 quintaux métri­ques de combustible, les minières de fer qui donnent 137 000 quintaux métriques de mine­rai, les tourbières, dont le rendement est de 46000 quintaux métriques, les marais sa­lants qui produisent, année commune, 424 000 quintaux métriques de sel, les fabriques de produits chimiques, les verreries, les tanne­ries, etc.

Le mouvement de la navigation qui se pro­duit dans les 13 ports de Nantes, de Saint-Nazaire, de Paimbœuf, de la Turballe, du Pouliguen, du Croisic, de Port-Nichet, de Méans,de Pornic, de Chantenay, de Rosais, de la Basse-Indre, de Bourgneuf, est représenté, à l'entrée et à la sortie : pour la navigation à voile et à vapeur, par 10800 navires jaugeant ensemble 494 000 tonnes ; pour le cabotage, par 10 400 ca­boteurs jaugeant 408 000 tonnes ; pour la pêche de la morue, par 6 navires jaugeant 550 tonnes ; pour la pêche de la sardine, par 2500 chaloupes montées par 15 000 marins.

Il existe une ligne de transatlantiques entre Saint-Nazaire et le Mexique, et des services ré­guliers avec Liverpool, Bordeaux et Brest.

Le commerce importe les vins, eaux-de-vie, denrées coloniales, sucre, café, riz, indigo, coton, bois de teinture, morues, engrais, houilles anglaises, bois du Nord, etc., et ex­porte des blés, des farines, des sucres raffinés, des sels, des viandes et beurres salés, des sa­vons, etc.

Routes. — Canaux. — Chemins de fer. —

Le département de la Loire-Inférieure possède 6 routes impériales longues de 481 kilomètres, 18 routes départementales d'une longueur de 471 kilomètres, et 787 chemins de grande, de moyenne et de petite communication, dont le développement total est de 4507 kilomètres. Les canaux et rivières navigables ajoutent 355 kilomètres à ces voies de communication.

Les canaux qui desservent le département sont : 1° le canal de Nantes à Brest, qui com­mence sur la Loire, à Nantes, par l'Erdre ca­nalisé, et va se joindre à la rivière de l'Aulne après un parcours total de 359 kilomètres; 2°le canal de jonction de la Loire à la Vilaine, long de 90 kilomètres; 3° les canaux de la Boulaie, de Cesme, de Nyon, de Haute Perche, etc.

Le département de la Loire-Inférieure est traversé : 1° de l’Est à l’Ouest par le chemin de fer de Paris à Saint-Nazaire, l'une des lignes prin­cipales du réseau d'Orléans, qui dessert les sta­tions de Varades, Anetz, Ancenis,0udon, Clermont, Mauve, Thouaré, Sainte-Luce, Nantes, la Bourse, Chantenay, la Basse-Indre, Couëron, Saint-Etienne-de-Montluc, Cordernais, Savenay, Donges et Montoir; 2° par l'embranchement de Nantes à Napoléon-Vendée, avec stations à Vertou, la Haye-Fouassière, le Pallet et Clisson; 3° par l'embranchement de Savenay à Châteaulin, avec stations à Pontchâteau, Drefféac, Saint-Gildas et Séverac.

L'ensemble de ces diverses voies ferrées est de 171 kilomètres.


GEOGRAPHIE LOIRE INFERIEURE. géo3.

GEOGRAPHIE DE LA LOIRE- INFERIEURE  (2)